» International » COLOMBIE » GUERRE ECONOMIQUE
 
Mis à jour le mercredi 25 avril 2018 

 
CIEP-MOC
MOC logo vie fémininie logo equipes populaires logo JOC logo CSC logo mutualite chrétienne
 

GUERRE ECONOMIQUE

 

La Colombie est en guerre depuis plus de trente ans. Guerre économique et sociale interne dont les victimes au sein de la population colombienne se comptent par dizaines de milliers. Ce numéro en retrace l’histoire, décrit les acteurs du conflit armé, esquisse le déroulement cahotique des négociations de paix, seule voie de sortie du conflit. Chaque jour, la liste des victimes s’allonge : paysans pris entre les feux croisés de la guerilla, de l’armée et des paramilitaires, journalistes, responsables d’associations de défense des droits de l’Homme, magistrats enquêtant sur les massacres imputés à l’extrême-droite. Les syndicalistes sont particulièrement visés en Colombie, comme dans aucun autre pays au monde. Les milices d’extrême-droite les considèrent publiquement comme " cibles militaires " et publient des listes régulièrement mises à jour des personnes à abattre. Ils ne sont pas seulement soumis aux assassinats et aux intimidations terroristes, mais ils doivent aussi affronter dans leur action quotidienne les violations des droits syndicaux, droit de grève, droit d’association, droit de négociation, provenant tant des pouvoirs publics que des employeurs.

En Colombie, les plus hautes autorités judiciaires reconnaissent que la justice est un vain mot, que 60% des crimes connus ne sont même pas mis à l’instruction et restent donc impunis, sans préciser pour les 40% restants, combien se perdent dans le maquis des procédures judiciaires, s’enlisent dans les sables de la corruption et ne débouchent jamais sur une condamnation des coupables. " Pas de paix sans justice ! " proclament tous les interlocuteurs rencontrés par la mission de solidarité envoyée par la CSC, la CNE et le MOC-Bruxelles au mois de juillet en Colombie. Restauration de l’Etat de droit, lutte contre la corruption et l’impunité, respect des Droits de l’Homme et des droits syndicaux, mais aussi retour des personnes déplacées sur leurs terres et réforme agraire au bénéfice des paysans poussés par la misère vers la culture des plantes illicites (coca, pavot).

Les Colombiens sont également victimes de la guerre économique internationale qui ravage la planète au mépris de la justice et du développement durable des peuples. Leur pays a le malheur d’être riche en ressources pétrolières, minières, forestières, végétales auxquelles s’intéressent nombre d’entreprises multinationales bien implantées en Europe. Certaines d’entre elles sont suspectées de soutenir les milices d’extrême-droite. La lutte contre la culture des plantes illicites est un autre enjeu. La voie choisie par le Gouvernement colombien, avec l’appui des Etats-Unis dans le cadre du "Plan Colombie" risque bien de conduire, outre à la catastrophe écologique, à l’extension au delà des frontières colombiennes du conflit, de la guerilla, des para-militaires… et des cultures que l’on prétend combattre. Ici aussi l’Europe est invitée à faire entendre sa différence et à s’impliquer dans la recherche d’une solution qui s’attaque aux causes économiques et sociales plutôt que prétendre résoudre les problèmes par le recours à la violence et à l’option militaire, sans rien changer d’autre.

" Pas de paix sans justice ! " Les syndicalistes colombiens nous invitent à les soutenir dans un combat solidaire qui dépasse de loin les frontières de la Colombie et qui nous concerne toutes et tous.

Jacques Debatty
Secrétaire fédéral adjoint - CSC-Bruxelles
Chou de Bruxelles - n° 24

Retour rubrique International

Sommaire Anciens chou

 
 

 
 
Accueil     |    Plan du site     |    Espace rédacteurs     |    Se connecter
  Mis à jour le mercredi 25 avril 2018 
soutien