» International » COLOMBIE » QUELQUES DONNEES CLES
 
Mis à jour le mercredi 25 avril 2018 

 
CIEP-MOC
MOC logo vie fémininie logo equipes populaires logo JOC logo CSC logo mutualite chrétienne
 

QUELQUES DONNEES CLES

 

Grand pays d’ 1 139 000 km2, la Colombie est le seul pays d’Amérique latine qui possède deux façades maritimes sur les Caraïbes et l’océan Atlantique d’un côté, l’océan Pacifique de l’autre. Ses voisins sont le Panama, le Venezuela, le Brésil, le Pérou et l’Equateur. Sa position géostratégique présente donc un intérêt majeur. Elle comptait environ 43 millions d’habitants en 2001 avec un PNB par habitant de 1890 dollars. Les moyennes ne reflètent évidemment pas les écarts : 27 % de la population vit sous le seuil de la pauvreté et environ 50 % près de ce seuil. Sa population vit sous un régime démocratique dans une république ayant accordé des pouvoirs considérables à l’armée et à la justice.

La capitale
La capitale Bogota regroupe plus de 8 millions d’habitants ; elle est gouvernée depuis les dernières élections locales par un représentant du Pôle démocratique, Lucho Garzon, qui se fait remarquer sur le plan national et international par ses prises de position et sa politique progressiste.

La situation économique
Le budget consacré à l’éducation représente 4,1 % du PNB, mais de nombreux enfants ne sont pas scolarisés. Le service de la dette représente 36,1 % des exportations. L’indice de chômage, pour autant qu’on puisse l’évaluer, doit être supérieur à 20 % de la population active. Mais le sous-emploi et le secteur informel doivent représenter environ 54 % de la population.

L’armée
L’armée compte 158 000 militaires actifs et 60 700 réservistes. Elle s’oppose à différentes guérillas et groupes paramilitaires parmi lesquels les FARC (Forces armées révolutionnaires colombiennes), l’ENL (Armée de libération nationale), les Autodéfenses unies de Colombie

La violence
La violence est permanente dans le pays. Son origine réside dans l’inégale répartition des richesses conjuguée à la politique néo-libérale menée par les derniers gouvernements. Si bien que les violations des droits humains sont quotidiennes. Tous les deux jours, une personne est portée disparue et une autre est victime du nettoyage social. Depuis 1986, 3000 personnes ont été assassinées pour des raisons politiques. Plus de 2 500 000 personnes ont été obligées de quitter leurs terres et leur région pour protéger leur vie et leur intégrité. Ces violences s’exercent principalement sur des paysans, des syndicalistes, des journalistes, des mandataires politiques, des enseignants, des militants des droits humains. Cette situation handicape fortement le développement économique. Certains s’enrichissent fabuleusement de trafic de tout genre et de corruption ; d’autres – l’immense majorité – vivent dans la misère.

Luc Roussel

Retour rubrique International

 
 

 
 
Accueil     |    Plan du site     |    Espace rédacteurs     |    Se connecter
  Mis à jour le mercredi 25 avril 2018 
soutien